#WOA (women of action) series - Meet Alice Tran

Alice Tran

Alice is strong willed, pretty, generous, dedicated and a talented actress who knows how to give back and inspire others through her experiences.
Her story will touch many of you, through her quest in building her dream career.

Alice is playing in "Si les oiseaux". Make sure to catch her until October 31st at Théâtre Prospero.
More information here.

--------------------

Alice est d'une forte volonté, belle, généreuse, dévouée et une actrice de grand talent qui donne de son temp et inspire les autres à travers ses expériences. Son histoire touchera plusieurs d'entre vous, à travers sa quête vers sa carrière de rêve. 

Alice joue dans la pièce "Si les oiseaux". Assurez-vous de ne pas la manquer d'ici le 31 Octobre au Théâtre Prospero.
Cliquez ici pour avoir plus d'informations.

 

Education:
Business administration degree, HEC
Specialization in Finance & Marketing

Currently:
Actress
Host
Speaker

Location: Montreal

--------------------

Éducation:
Double Bac en administration des affaires, HEC
Spécialités Finances et Marketing

Présentement:
Comédienne
Animatrice
Conférencière

Lieu de résidence: Montréal

At what time do you wake up?
It depends, but lately around 7am

What is your morning routine?
In the morning, there's what Julia Cameron calls in her book The Artist Way, the "Morning Pages".
She shares tips on how to be more creative. One of them is to write every morning, everything that comes to mind.
This method allows me to start with a clean slate and get organized.
I write about 2 pages every morning, which takes between 15 and 30 minutes. I also read the news and look at Facebook. Then I do my voice exercises and stretch; I stretch my body, do my diction exercises and I sing while playing on the piano. Sometimes I go the the gym, I try to train three times a week.
With my schedule, It's difficult to have a diligent and consistent routine, so it all depends on the amount of time I have in the morning.

At what time do you go to sleep?
Lately, I am taking part in a play and finish working at 10pm.
I try to sleep before midnight but it's impossible because I'm on adrenaline after the show!
I have a fragile voice; if I don't sleep enough, it will pay the price and it's my working tool.

Why did you want to become an actress?
When I was in high school and college, I often participated in plays and shows. I have always been inspired in a creative way, without really asking myself any questions. After my studies, I decided to take a year off to travel, and it's my trip to L.A. that was revealing.
During my stay, I met a woman who was taking acting classes in front of the camera with Ivana Chubbuck, and I told myself that I wanted to try.
After having followed the course, I felt I had finally found the way I wanted to express myself. Unlike my previous professional experiences where I didn't feel I was bringing something positive to the table. 
In this case, I had something to say! I found the voice to make a difference in society while remaining myself.

You want to be the voice for other people?
Yes, when I give workshops to young people and I speak about creativity, entrepreneurship or my work as an actress, I feel that I open doors and show them other options they might have not thought of before. Growing up, there were always the same 2 or 3 more traditional options presented to us, and that we are all encouraged to undertake, become a doctor, an accountant or a financial analyst, when there are so many other things that can be done.
Many young people come to me saying they want to go into art, but their parents don't understand. I also experienced it at the beginning of my career, and it was really difficult. For my parents and the general Vietnamese community, a career is based on the work-performance ratio, leaving no room for questioning.
I understand their point of view, they want their children to live comfortably, when an artist's life is rather unstable, salary wise.
I feel that many young people are stranded because they are scared to go for it and there aren't enough success stories on TV.
What is shown on television is often (not always) very cliché where the protagonist is often blond or brown and blue eyed while the antagonist is black, arab, latino or asian.
I want to show that it shouldn't be that way, that anyone can succeed in arts and culture, sports, as well as in the media.

--------------------

À quelle heure te réveilles-tu le matin?
Cela dépend, mais dernièrement vers 7h.

Quelle est ta routine matinale?
Le matin, il y a ce que Julia Cameron appelle dans son livre The artist way, le ‘’Morning pages’’. Elle partage des astuces pour être plus créatif, une d’entres elles consiste à écrire tous les matins ce qui te passe par la tête. Cette méthode me permet de faire le vide et de m’organiser. J’écris environ 2 pages par matin, ce qui prends entre 15 et 30 minutes. Ensuite, je lis les nouvelles et je vais sur Facebook. Puis, je fais mes exercices de voix et d’étirement; j’étire tout mon corps, je fais mes exercices de diction et je vais chanter en jouant du piano. Parfois, je vais au gym, j’essaie de m’entraîner trois fois par semaine. Avec mon horaire c’est difficile d’avoir une routine assidue et constante, donc tout dépend du temps que j’ai en matinée. 

À quelle heure te mets-tu au lit?
Ces temps-ci je joue au théâtre et je termine vers 22h.
J’essaye de dormir avant minuit, mais c’est impossible car j'ai trop d’adrénaline après un spectacle.
J’ai la voix fragile et si je ne dors pas assez, c’est elle qui va en payer le prix alors que c’est mon outil de travail. 

Pourquoi as-tu choisi de devenir comédienne?
Lorsque j’étais au secondaire et à l’université, je participais souvent dans des pièces de théâtre et des spectacles.
J’ai toujours été inspirée de manière créative, sans jamais vraiment me poser de questions.
Après mes études, j’ai décidé de prendre une année sabbatique pour voyager et c’est mon voyage à L.A. qui a été révélateur. Pendant mon séjour, j’ai rencontré une femme qui prenait des cours de jeu devant la caméra avec Ivana Chubbuck, et je me suis dit que je voulais essayer aussi.
Après avoir suivie ce cours, je sentais que j’avais finalement trouvé la manière dont je voulais m’exprimer. Contrairement à mes expériences professionnelles antérieures où je n’avais pas l’impression d’apporter quelque chose de positif. J’avais quelque chose à dire! J’ai trouvé cette voix pour faire avancer les choses dans la société tout en restant moi-même.

Tu veux être la voix pour d’autres personnes?
Oui, quand je donne des ateliers aux jeunes et que je leur parle de créativité, d’enterpreuneurship ou de mon travail de comédienne, j’ai l’impression de leur ouvrir des portes et de leur faire voir des options auxquelles ils n’auraient pas pensé avant. En grandissant, ce sont toujours les même 2 ou 3 options plus traditionnelles qu’on nous présente et qu’on nous encourage à entreprendre, devenir médecin, analyste financier ou comptable, alors qu’il y a tellement d’autres choses qu’on peut faire. il y a beaucoup de jeunes qui viennent me voir en me disant qu’ils veulent aller en art, mais que leurs parents ne comprennent pas.
Je l’ai vécue au début aussi et c’était vraiment difficile. Pour mes parents et les Vietnamiens en général, la signification de carrière est basée sur le ratio travail-résultats, sans laisser place aux questionnements.
Je comprends leurs point de vue, ils veulent que leurs enfants vivent dans le confort, quand la vie d’artiste est plutôt instable au niveau du rendement.
J’ai l’impression que plusieurs jeunes se retrouvent bloqués, car ça fait peur de se lancer et qu’il n’y a pas beaucoup de modèles de réussite représentatifs à la télé. Ce qui est diffusé à la télévision est souvent (pas toujours) très cliché où le ou la protagoniste est souvent blond ou châtain aux yeux bleus alors que l’antagoniste est noir, arabe, latino ou asiatique.
C’est pourquoi j’ai envie de montrer que ça ne devrait pas être comme ça, que n’importe qui peut réussir dans les arts et culture, les sports ainsi que dans les médias.

What made you want to leave for a year?
I remember that every morning I was trying to find an excuse not to go to work.
I was 22 at the time and I couldn't help but think that life would be long at this rate.
I didn't like being told what to do, and when I don't feel free, I don't feel well. Whereas today, even though I go through difficult moments,
I wake up in the morning and I can't wait to face my challenges, I am ready and I constantly want to continue.
I told myself that before finding what I wanted to do, I had to start learning about who I am. I was the only one who could answer my questions.
I feel that with school and parents, we're always told what to do. But what if I don't want to do theses things? What do I do then?
So I went on a trip to Vietnam, Thailand, Morocco and the United States. I had just finished my studies, I was free and I had no commitments or responsibilities.

What were you doing before being an actress?
I worked at Infopresse where I took care of the advertising space in magazines.
I also worked in finance, in the fraud department of the National Bank and I often worked in sales and promotion.

Did your sales experiences help you in your career? in your way of speaking or in selling yourself?
It helped me a lot in promotion. I've done a lot of it, and now you can put me in any situation or event and I will feel comfortable. I constantly interacted with people, which allowed me to be more curious and observant. I also worked in several events such as the Jazz Festival and the Francofolies. It's very dynamic and you spend your days talking to people from around the world. I think it's through these different experiences that I am now more open-minded. 

What was your first role?
My first role was in the TV series "30 vies". Otherwise I got my first contract on my return from my trip.
I found an agent and two months later I had an audition for a Ford commercial.

What were the first obstacles you faced at the beginning of your career?
Oh my god everything! Well first of all, my parents, telling them that I wanted to be an actress!
At the same time I understand, there are no artists in my family, everybody has a stable job from 9 to 5. This is the model they have been conditioned to.
On top of that, when you launch such a career, you don't know where to start. I didn't know who to talk to, I didn't know any artists, and my parents didn't understand. So sometimes there was this issue of loneliness and isolation, which prompted me to look for different organizations to get information. All this encouraged me to be more independant, autonomous and resourceful. I had no choice.
It was by doing promotional jobs that I started meeting more artists. I was asking them all sorts of questions.
Sometimes, I had a hard time understanding what I was doing, I had a double major and I was working as a promotional agent in events; but at the same time I didn't want to go back to where I was.
I also found it difficult to see my friends grow in their careers, becoming more mature and responsible, when I was so far from that stage in my life.
There were also the looks from the people I knew from school, who were wondering what I was actually doing when we crossed paths....I found those prejudices difficult.

--------------------

Qu’est ce qui t’a donné envie de partir pendant un an?
Je me rappelle qu’à tous les matins j’essayais de trouver une excuse pour ne pas aller au travail. J’avais 22 ans et je ne pouvais m’empêcher de penser que la vie allait être longue. Je n’aimais pas qu’on me dise quoi faire et quand je ne me sens pas libre, je ne me sens pas bien.
Alors qu’aujourd’hui, même si je vis des moments difficiles, je me réveille le matin et j’ai hâte d’affronter mes défis, je suis prête et j’ai constamment le goût de continuer.
Je m’étais alors dit qu’avant de trouver ce que je voulais faire, il fallait que je commence par apprendre qui je suis. J’étais la seule à pouvoir répondre à mes questions. J’ai l’impression qu’avec l’école et les parents, on nous dit toujours quoi faire. Mais si je ne veux pas le faire, quelles sont mes options?
Alors je suis partie en voyage au Vietnam, en Thailande, au Maroc et aux États-Unis. Je venais de finir mes études, j’étais libre et je n’avais aucun engagement ou responsabilités. 

Que faisais-tu avant d’être comédienne?
J’ai travaillé à Infopresse où je m’occupais des espaces publicitaires dans les magazines.
J’ai aussi travaillé en finances, dans le département de la fraude à la Banque Nationale.
Et j’ai souvent travaillé en ventes et en promotion. 

Ton expérience en ventes t’as-t-elle aidé dans ta carrière? Dans ta manière de parler, de te vendre?
Ça m’a beaucoup aidé dans la promotion. J’en ai fait beaucoup et maintenant tu peux me placer dans n’importe quelle situation ou évènement et je me sentirai à l’aise.
J’interagissais constamment avec des gens, ce qui m’a permis de développer ma curiosité et d’être plus observatrice. J’ai aussi travaillé dans plusieurs évènements comme le festival de jazz et les Francofolies. C’est très dynamique, tu passes la journée à parler avec des gens venant de partout. Je pense que c’est à travers ces différentes expériences que j’ai maintenant une ouverture d’esprit. 

Quel a été le premier rôle que tu as décroché?
Mon premier rôle à la télé était dans la série 30 Vies.
Sinon j’ai eu mon premier contrat, à mon retour de voyage.
J’ai trouvé une agente et deux mois plus tard j’ai eu une audition pour une publicité Ford. 

Quels ont été les premiers obstacles auxquels tu as dû faire face au commencement de ta carrière?
Oh mon dieu tout! Bon! Les parents: leur annoncer que je voulais être actrice!
En même temps je comprends, il n’y a pas d’artistes dans ma famille, tout le monde a une job stable de 9 à 5. C’est le modèle auquel ils ont été conditionnés. En plus, quand tu commences, tu ne sais pas trop où tu t’en vas. Je ne savais pas à qui en parler, je ne connaissais pas d’artistes et mes parents ne comprenaient pas non plus. Alors parfois, il y avait le problème de solitude et d’isolement, ce qui m’a poussé à aller voir plusieurs organismes pour me renseigner. Tout cela, m’encourageait à être plus indépendante, autonome et débrouillarde. Je n’avais pas le choix. C’est en faisant des jobs, comme de la promo, que j’ai commencé à rencontrer de plus en plus d’artistes. Je posais toutes sortes de questions. 
Il m’arrivait parfois de ne pas comprendre ce que je faisais, j’avais un double bac et je me retrouvais à travailler comme agente de promotions dans des événements, mais en même temps je ne voulais pas retourner où j’étais.
Je trouvais difficile pour le moral de voir mes amis grandir dans leurs carrières, devenir beaucoup plus matures et responsables, alors que j’étais si loin de tout ça. Il y avait aussi le regard des gens que je connaissais depuis l’école qui se demandaient ce que je pouvais bien être en train de faire lorsqu’ils me croisaient… Les préjugés, j’ai trouvé ça difficile.

Did you have mentors in your career?
At first I wanted to take 1000 workshops because I wasn't sure of what to do.
I later went to see organizations such as Carrefour Jeunesse, Emploi CJE who helped me tremendously.
Through these organizations, I met the right people. I had mentors.
I think I'm also an entrepreneur at heart, because you can't just wait for people to come to you. Your agent will call you for auditions, but you really need to be proactive! So I was looking for anything that might help. 
For example, with CJE NDG, I visited Germany with the "Montreal For Entrepreneurship" program, to meet with other entrepreneurs.

Do you find that people around you, who are not part of the arts community, are beginning to understand what you do,
what your profession consists of?
On one hand, there are people who are always surprised and excited to see me on television, to them I'm a star. On the other hand, they see me as someone that is committed since I'm very involved in the community, joining boards of directors for organizations such as the FCTMN, Carrefour Jeunesse, Emploi Plateau, the Mosaic committee of the Artists' Union.
But there are few people who actually ask me what my work as an actress really consists of.

Did you overcome a big challenge in your life?
Each year I find something new!
My biggest challenge at the moment is my play. I never took part in a play, I didn't study at the National School, nor the conservatory, nor drama school,
and I realize the hard work that it requires. It's very different from a technical point of view. On camera, emotion can be conveyed in a much more subtle way, while on stage, the distance between actors and the audience makes it necessary to accentuate our movements, voice projection and pronunciation so that it can be visible and understandable. I find diction particularly difficult because I speak several languages (French, English, Spanish and Vietnamese). The musicality of each language is different, which can completely change the meaning of a sentence, so I must admit that it sometimes mixes me up and I try to improve myself by taking lessons.
It's very exciting and instructive. I work with actors that are incredible, but it makes the experience even more stressful. Good stress though!!

Someone who inspires you?
There are too many inspiring people to only choose one!
Since I am deeply involved in theatre now, I would say my colleagues from the play "Si les oiseaux"; the actors as well as the production team.
The women in the choir are incredible, they inspire me everyday and give me faith again in humanity.
The actress Marie-Ève Milot who always listened to me.
On one hand I find her to be an amazing actress, on the other hand I find her so generous. There were times where I was struggling and she really took the time to explain things. She made me feel confident again and reassured me. I learned a lot from her.
Otherwise, everyone around me inspires me and influences me in some way.
For example, there's Cathy Wong, my best friend, for her strength, resilience, her engagement in society and her passion:
my sister, Anne Tran, for her dedication to people, especially young people and children.

What is the best advice you received?
I once met an Indonesian, an elderly man. I remember him telling me "This is life and this is happiness", referring to being surrounded by people he loves, who he wants to be with. At the end of the day, we don't need that many things, we just need to take the time to live those small moments of our lives.

What advice would you give?
That would be to experience life fully. If you face uncertainty, give it your all.
If you realize that it's not the right answer, tell yourself that you will find another way to get there; but you must try to find out.

Is there a trip that you particularly liked?
My trip to Indonesia. I learned so much from the Indonesians and I hope one day to reach their level of happiness, in the same simplicity and authenticity.

--------------------

As-tu eu des mentors durant ton parcours?
Au début, je voulais prendre 1000 formations, parce que je ne savais pas trop quoi faire. Je suis ensuite allée voir des organismes, comme le Carrefour Jeunesse, Emploi CJE qui m’ont énormément aidés. J’ai ainsi rencontré les bonnes personnes. J’ai eu des mentors.
Je pense que je suis aussi entrepreneure, parce que tu ne peux pas juste attendre qu’on vienne vers toi. Il y a ton agent qui appelle pour des auditions, mais il faut vraiment que tu sois proactive! J’étais donc à la recherche de tout ce qui pouvait me servir.
D’ailleurs, avec le CJE NDG, j’ai visité l’Allemagne avec le programme « Montreal For Entrepreneurship » pour rencontrer d’autres entrepreneurs. 

Trouves-tu que les gens de ton entourage, qui ne font pas partie du milieu artistique,
commencent à comprendre ce que tu fais ou en quoi consiste ton métier?
D’une part il y a des gens qui sont tout le temps surpris et excités de me voir à la télé, pour eux je suis une star.
D’autre part, on me voit comme quelqu’un d’engagé puisque je travaille beaucoup dans le milieu communautaire avec des CA comme le FCTMN, le Carrefour Jeunesse, Emploi du Plateau et le Comité Mosaïque de l’Union Des Artistes.
Mais il y a peu de gens qui me demandent réellement en quoi consiste mon travail de comédienne. 

Un grand défi que tu as eu à affronter dans ta vie?
À chaque année je trouve quelque chose de nouveau! Mon plus grand défi en ce moment c’est ma pièce de théâtre.
Je n’en ai jamais fait, je n’ai pas étudié à l’École Nationale, ni le conservatoire ou d’école de théâtre et je me rends compte du travail assidu que cela exige.
C’est très diffèrent sur le point de vue technique. Devant la caméra, l’émotion peut être véhiculée de manière beaucoup plus subtile, alors que sur la scène, la distance entre les acteurs et les spectateurs fait en sorte qu’il faut accentuer ses mouvements, sa projection et sa prononciation pour que ça puisse être visible et compréhensible. Je trouve la diction particulièrement difficile parce que je parle plusieurs langues (Français, Anglais, Vietnamien et Espagnol). La prosodie (musicalité) de chaque langue est différente, ce qui peut complètement changer le sens d’une phrase, donc je dois avouer que ça me mélange et j’essaye de me former pour m’améliorer. C’est très excitant et formateur. Je travaille avec des comédiens qui sont incroyables, mais ça rend l’expérience encore plus stressante. Un bon stress quand même hihi 

Une personne qui t’inspire?
Il y a trop de gens inspirants pour en choisir qu’une seule!
Étant donné que je baigne au théâtre en ce moment, ce sont mes collègues de « Si les Oiseaux », autant les comédiens que toute l’équipe de production. Les femmes du chœur sont aussi incroyables! Elles m’inspirent énormément et me redonnent confiance en l’humanité. La comédienne Marie-Ève Milot m’a beaucoup écoutée.
D’une part je la trouve extraordinaire comme comédienne, d’autre part je la trouve tellement généreuse. Il y a des moments où j’angoisse parce que je ne comprends pas ce que je dois faire et elle prend vraiment la peine de m’expliquer les choses. Elle me redonne confiance en moi et me rassure. J’apprends beaucoup d’elle.
Sinon mon entourage m’inspire et m’influence d’une certaine manière. Par exemple, il y a Cathy Wong, ma meilleure amie, pour sa force, sa capacité de résilience, son engagement et sa passion; ma sœur Anne Tran pour son dévouement pour les humains et particulièrement les jeunes. 

Quel est le meilleur conseil que tu as reçu?
J’ai rencontré une fois un Indonésien, un homme âgé.
Je me souviens qu’il m’avait dit: ‘’This is life and this is happiness’’, en faisant référence au fait d’être entouré par des gens qu’il aime, avec qui il a envie d’être. Finalement, on n’a pas besoin de tant de choses, il faut juste prendre le temps de vivre ses petits moments de notre vie. 

As-tu un conseil à donner?
Ce serait de vivre les choses à fond. Si tu fais face à de l’incertitude, vas-y à fond.
Si tu te rends compte que ce n est pas ce qu’il te fallait, dis-toi que tu trouveras une autre manière d’y arriver, mais Il faut essayer pour le savoir. 

Y a-t-il un voyage que tu as particulièrement aimé?
Celui en Indonésie. J’ai tellement appris des Indonésiens et j’aimerai un jour atteindre ce bonheur, dans la même simplicité et authenticité.

Team / Équipe :
Photographer / Photographe: Sarah Emily St-Gelais
Hair & Make-Up Artist / Maquillage & Cheveux par: Laury-Anne Morel

Alice is wearing the Leilah Dress 

Alice porte la Leilah Dress 

October 24, 2015 written by Masabni Design 0 comments

Write a comment