#WOA (women of action) Series - Meet Camille DG

Camille is not afraid to go after what she wants, she's an active, focused, ambitious woman who accomplished incredible things for most people her age.

Having worked on several projects with Camille we have to admit her smile, energy and positivism are contagious. We love her passion and integrity, and hope that many of the next generation will look up to her for inspiration, dedication and hard work.

--------------------

Camille n'a pas peur de poursuivre ses idées, elle est une femme active, centrée et ambitieuse qui a accompli des choses incroyables pour la plupart des gens de son âge.

Ayant travaillé sur plusieurs projets avec Camille, on doit admettre que son sourire, son énergie et son positivisme sont contagieux. Nous aimons son intégrité et sa passion pour tout ce qu'elle entreprends. En espérant que de plus en plus de jeunes de la prochaine génération la verront comme une inspiration et un exemple pour son dévouement, sa vision et son travail acharné.

Education:
Theater and journalism studies 

Position & Involvements:
President of Codmorse agency
Founder and Editor in Chief of Le Cahier / The Booklet Blog
Host and Producer of « Le Cahier » Tv show on MaTV
Creative Director of « Entre Nous » a clothing line by Le Cahier
Freelance writer for different publications (ie: the Fashion section of the Plaza St-Hubert magazine)
Contributor for « Ménage à Trois » on V Television

--------------------

Éducation:
Études en art dramatique et en journalisme 

Postions actuelles et Implications:
Présidente de l’agence Codmorse
Fondatrice et Rédactrice en chef du blog Le Cahier
Animatrice et Productrice de l’Émission « Le Cahier » à MaTV
Idéatrice de la ligne de vêtements Entre Nous pour Le Cahier
Pigiste pour différentes publications (Ex: section mode pour le magazine de la Plaza St-Hubert)
Chroniqueuse à Ménage à Trois sur V Télé

At what time do you wake up?
My alarm goes off between 6:45 and 7a.m., it depends on if I go swimming or not. 

What’s your morning routine?
I try to wake up by snoozing as little as possible.
I take a look at my emails and my Facebook, Instagram, Twitter accounts.
I like to have an overview and make sure that nothing happened overnight.
Then I shower and walk to work; or I go for a swim at the pool, and go to work.
I love my morning walks because they allow me to listen to my music,
put my phone aside and completely disconnect.
Once I’m at the office, I’ll have a cup of coffee. 

At what time do you go to bed?
Between midnight and 2 a.m., if it’s not later.
I have work, I go to events and I suffer a little bit from insomnia. I'm a night person. 

Do you have time to train?
Yes every other day, but often every day. It all depends on how I feel or the phase that I am in.
I swim, I run and I take group classes, like boot camp and boxing. And I try to stay as active as possible on weekends. 

Do you often value, listening to your body?
Very much so. I don’t have a choice, I’m a former competitive athlete.
When I don’t feel well, I can detect the cause. Sometimes I’ll train a little more because I know that’s what I need. 

What motivates you to stay active?
I come from a very active family and my parents always encouraged us to discover and learn new things.
I have been doing sports and competitive swimming since I was a child.
I used to train 4 mornings and 4 nights per week and I used to compete, on average, once every 3 weeks until the age of 19.
So for me being active and doing sports is a lifestyle.
I also took piano lessons from the age of 4 until I was 16 years old; it’s actually my piano that is now in the office.
I wasn’t very talented playing the piano, but I am happy I can read and play music now...I just don’t have a musical ear…at all!

--------------------

À quelle heure te réveilles-tu le matin?
Mon réveil sonne entre 6:45 et 7:00, selon si je vais nager ou non. 

Quelle est ta routine matinale?
Je me réveille en essayant de snoozer le moins possible.
Je jette un coup d’œil sur mes emails et mes comptes Facebook, Instagram et Twitter. J’aime avoir un aperçu global et vérifier que rien ne ce soit passé durant la nuit. Ensuite, je prends ma douche et je me rends au travail à pied, ou je vais nager à la piscine et je me rends au travail. J’adore ma marche matinale parce qu’elle me permet d’écouter ma musique, de mettre mon téléphone de côté et de décrocher complètement. Et une fois au bureau, je prends mon café. 

À quelle heure dors-tu?
Entre minuit et 2h du matin, si ce n’est pas plus tard.
J’ai du travail, j’ai des évènements et je fais un peu d’insomnie. Je suis une bibitte de nuit. 

As-tu le temps de t’entraîner?
Oui, un jour sur deux, mais souvent chaque jour. Tout dépend de comment je me sens, de la phase dans laquelle je suis. Je nage, je cours et je fais des cours de groupe, de type boot camp, et de la boxe. Et je bouge le plus possible durant la fin de semaine. 

Accords-tu beaucoup de valeur à l’écoute de ton corps?
Énormément. Je n’ai pas le choix, je suis une ancienne athlète de compétition. Quand je ne me sens pas bien, je suis capable d’en détecter la cause, des fois je vais m’entraîner un peu plus, parce que je sais que c’est ce dont j’ai besoin. 

Qu’est-ce qui te motives à rester active?
Je viens d’une famille très active et mes parents nous ont toujours poussé à découvrir de nouvelles choses.
Je fais du sport et des compétitions de natation depuis l'enfance. Vers la fin, je m’entraînais 4 matins et 4 soirs par semaine, et j’avais des compétitions en moyenne 1 fin de semaine sur 3, jusqu’à l’âge de 19 ans. Alors pour moi le sport est un mode de vie.
J’ai aussi fais du piano de 4 ans jusqu’à l'âge de 16 ans, c’est d’ailleurs mon piano qui est maintenant au bureau. Je n'ai jamais eu un grand talent au piano, mais je suis heureuse de savoir lire la musique et en jouer, je n'ai juste pas d'oreille... du tout!

Do you feel these activities shaped the person you are today?
I would say they helped me get disciplined, but they also gave me the chance to meet passionate adults who contributed to my personal development. I went from being a girl to becoming a woman with them. My last swimming coach Isabelle LaVergne, with whom I swam a lot, is a very disciplined woman. She shared her love for sports, for living a healthy lifestyle and she showed us how to grow. Having such role models is crucial during your teenage years.

Why did you become an entrepreneur?
For me it was simple. I didn’t like my job but I liked what I was doing, so I decided to do something else. I had a lot of fun at canoë.ca where I was working on video integration before I became their social media expert. Then, I was recruited by an agency where I felt out of place with accounts that weren’t creative.
It’s after traveling to Mexico to surf, that I decided to launch my own projects. Then someone approached me and offered that we work together; this person had the contacts and I had the knowledge. That’s when Camille DG Media was born. The company grew very quickly. I went from my first intern to my first employee and my second intern to my second employee, then to a complete team. 

You were 21 years old when you went into business, was it scary?
People in my circle didn’t understand why I was doing it. It was unusual and many tried to discourage me (except for my parents who believed in me), but on my part there was no real reflexion. I never do things like everyone else.
In my mind, I had nothing to lose, and if it didn’t work out, or I wouldn’t make money, I would just go back to my parents’ and try something else.
I am not a person who takes life too seriously.
I had no entrepreneurs around me so I learned on my own.
My first business experience developed without even realizing that I was creating a business.
In cegep, I was studying theater. I wasn’t a very good actress so I wrote plays.
After one of my plays’ success at the Fringe Festival, I started taking my play writing more seriously by selling them to different schools and by hiring actors and stage directors. I was paid to present my educational pieces to students, but in my head and in my parent’s mind, I was just an artist. It’s only 10 years later that I realized I was an entrepreneur back then, and that I was building businesses.

How were your parents involved in your projects?
They were a great source of moral support. They always believe in me, in whatever I do. However, when I started the blog, my mother didn’t like the idea of fashion and that I was taking pictures of myself. Se was afraid it was too superficial and that I would lose myself in it. She was wrong, but she still thinks I take too many pictures of myself! Now she sees the potential of what I created but she prefers the business women in me, than the blogger in me.

--------------------

Est-ce que ces activités t’ont aidé à former la personne que tu es aujourd’hui?
Je dirais qu’elles ont aidé à me discipliner, mais elles m’ont aussi donné la chance de fréquenter des adultes passionnés qui ont contribué à mon évolution. Je suis passée de fille à femme avec ces gens là. Ma dernière coach en natation, avec qui j’ai énormément nager, Isabelle LaVergne, c’est une femme qui est disciplinée, qui a un amour du sport, un amour d’une saine habitude de vie et elle nous à montrer à grandir. Ce genre de figure est super importante à l'adolescence. 

Pourquoi l’entrepreneuriat?
Pour moi c’est simple. Je n’aimais pas mon emploi, mais j’aimais ce que je faisais, donc j’ai décidé de faire autre chose. Je me suis beaucoup amusée chez Canoe.ca où j’ai fait de l’intégration vidéo avant de devenir leur experte en médias sociaux. Ensuite, j’ai été recrutée par une agence, mais je ne me suis pas sentie à ma place et les comptes n’étaient pas créatifs. C’est après avoir voyagé au Mexique pour surfer que j’ai décidé de me lancer à mon propre compte. Ensuite quelqu’un m’a approché et m’a proposé de travailler ensemble; cette personne avait les contacts et j’avais les connaissances. C’est alors que Camille Dg Média a vu ses débuts. La compagnie s’est mise à grandir très vite et je suis passée de mon premier stagiaire, à mon premier employé et de mon deuxième stagiaire à mon deuxième employé, puis à une équipe complète. 

Tu avais 21 ans lorsque tu t’es lancée, n’était-ce pas effrayant?
Mon entourage ne comprenait pas trop ce que je faisais, parce que c’était hors du commun. On a essayé de me décourager (pas mes parents, eux croyaient en moi), mais de mon côté il n’y a pas vraiment eu de réflexions. Je n’ai jamais fais les choses comme tout le monde. Selon moi, je n’avais rien à perdre et au pire si je ne ferai pas d’argent, je retournerai chez mes parents et j’essayerai autre chose. Je suis une personne qui ne prends pas la vie trop au sérieux.
Je n’avais pas d’entrepreneurs dans mon entourage, j’ai appris par moi-même. Ma première expérience d’affaires, en était une sans même que je le sache. Au cegep, j’étudiais en théâtre. Je n’étais pas une très bonne comédienne, alors j’écrivais des pièces. Après le succès d’une de mes pièces au festival Fringe, je me suis mise à écrire des pièces que je montais avec des acteurs et des metteurs en scène que j’engageais, et je les vendais à différentes écoles. On me payait pour présenter mes pièces éducatives aux élèves, mais dans ma tête et celle de mes parents, j’étais tout simplement une artiste. C’est seulement 10 ans plus tard que j’ai réalisé que j’étais une entrepreneure et que je montais des entreprises. 

Quel a été l’apport de tes parents dans tes projets?
Ils ont été une grande source de support moral. Ils ont toujours cru en moi, quoique je fasse. Par contre, lorsque j’ai commencé le blog, ma mère n’aimait pas trop l’idée de la mode et que je me prenne en photo. Elle avait peur que ce soit trop superficiel et que je me perde dans tout ça. Elle s’est trompée, mais elle trouve quand même que je prends trop de photos de moi! Maintenant, elle voit le potentiel de ce que j'ai crée. Elle aime plus le côté femme d'affaires que blogueuse.

Was there a difficult moment in your life that you had to overcome?
There was not a particular moment, it was rather a series of small challenges. Long working hours, I work on average 70-80 hours per week, and some moments that were a little harder. I also made mistakes along the way by hiring the wrong people, which led to problems; but in general I haven’t experienced anything that was insurmountable. 

And in your personal life or with your friends, did you live any difficulties?
Early on, when I was launching my career, I had a group of girlfriends.
One day, these girls started creating projects together, and they just told me: Camille you no longer fit with us. I found it hard because I suddenly lost a lot of friends. I’m a person that will completely trust someone, as long as I know that they’re loyal, but the day that trust breaks, it breaks forever; So I found that difficult. 

What led you into the digital marketing field?
On one part it was by complete chance and on the other part I always loved everything related to the web and computers.
During my university studies, I was already hosting a web TV show in addition to creating 2 blogs. I entered the Web world in 2008 because I wanted to eventually get into the world of television, where I was looking for a job as a journalist but I didn’t want to cover news of dogs that were ran over.
I eventually fell in love with all matters related to the web and I stayed in the field. 

You started approaching the entrepreneurial subjet a lot more on your blog « The Booklet », is there a particular reason why?
I find that I am now more aware of my role as an entrepreneur, and I like that it defines very well my creative side.
Being an entrepreneur for me is to have ideas, and to be able to implement them by finding the right people to do it with.
Looking back, I realized that’s what I’ve been doing all along without knowing it, and there are probably other people, who like me, are not aware of the fact that daring and exploring the unknown are also entrepreneurial steps. 

What do you think are your greatest strengths?
I would say that I know how to lead a project to its end.
Provide a vision for my team and be able to find each person’s strength in order to mobilize them and push them to work harder.
I am also a workaholic. I got it from my mother, I work all the time. 

How do you manage your stress?
I don’t stress

--------------------

Quel est le moment le plus difficile que tu as vécu?
Il n’y a pas eu un moment particulier. C’est plutôt pleins de petits défis. Des heures de travail interminables, je fais en moyenne 70-80 heures par semaine, et il y a des périodes où c’est un peu moins facile. J’ai aussi fait des erreurs de parcours en engageant les mauvaises personnes, ce qui a mené à des problèmes; mais en général, je n’ai rien vécu d’insurmontable. 

Et du côté personnel, avec tes amis ou ton entourage; as-tu vécu des difficultés?
Au début de ma carrière. Lorsque je me suis lancée j’étais avec un groupe de filles.
Un jour ces filles ont créé des projets ensemble et elle m’ont tout simplement dit : tu nous ne corresponds plus Camille. J’avais trouvé ça difficile parce que tout d’un coup j’avais perdu beaucoup d’amis et je suis quelqu’un qui va donner toute ma confiance tant que je sais que tu es loyale, mais le jour où ça brise, ça brise à tout jamais; donc j’ai trouvé ça dur. 

Qu’est-ce qui t’as poussé dans le domaine du numérique et du marketing?
Il y a une partie de hasard et une partie où j’ai toujours aimé le monde du web et les ordinateurs. Durant mon bac j’étais déjà animatrice pour une web télé en plus de commencer 2 blogues. Je suis rentrée dans le monde du web en 2008 parce que je voulais rentrer dans le monde de la télévision où je cherchais des postes en journalisme, mais je ne voulais pas couvrir des chiens écrasés. J’ai finalement vraiment trippé sur tout ce qui est web et j’y suis restée. 

Tu abordes de plus en plus le sujet de l’entrepreneuriat sur ton blogue « Le Cahier », y-a-t-il une raison particulière?
Je trouve qu’à présent je suis plus consciente de mon rôle d’entrepreneur et j’aime l’étiquette qui définit bien, et qui met de l’avant mon côté créatif. Être entrepreneur, pour moi, c’est avoir des idées et réussir à les mettre en œuvre en trouvant les bonnes personnes pour le faire avec toi. En prenant du recul, je réalise que c’est ce que j’ai toujours fait sans le savoir et je me dis qu’il y en a sûrement d’autres, qui comme moi, ne se rendent pas compte du fait qu’oser et partir à la découverte de l’inconnu, sont tout autant des démarches entrepreneuriales. 

Selon toi, quelle est ta plus grande force?
Je dirais de savoir mener à bout mes idées, de porter une vision auprès de mon équipe et d’être capable de trouver les forces de chacun afin de les mobiliser et les pousser à travailler très fort. Je suis aussi une workaholic, je tiens ça de ma mère, je travaille tout le temps. 

Comment gères-tu ton stress?
Je ne stress pas.

What is the best advice you’ve received?
At the beginning of my career, I worked with Marie-Annick Boisvert and she told me that sometimes you just have to follow your own mind. 

What is the best advice you would give?
I would like to tell all girls and women to trust themselves.
Many want to put themselves out there, but because of their fears and doubts about their abilities, they hold back to the next day or even for another 5 years.
Sometimes it feels we wait until we have all the right tools to start, but they’ll never be available all at the same time, or it might just be too late.
Trust yourself, you can do it, you just need to dare, we only have one life and you never know when it might end.
3 years ago, my best friend passed away and it makes me want to live life to the fullest. If there is any other advice I would give it's to always give your 200% in everything that you do!!
When I also see my grandfather who is now 90 years old, and with my grandmother they have 6 kids. All their lives, they worked very hard to make sure that my mother goes to college and that we can all pursue our dreams. So why would I do it half way when they gave us everything. So we have to give it our 200%! 

Is there someone that inspires you?           
I follow different people depending on their fields.
Digital Royalty is an American entrepreneur, in a similar field as Codmorse. I like to follow a woman who decided to follow her dreams and create a whole world around her with a large team.
There’s also Lisa Messenger who wrote at least 7 books on entrepreneurship, on the world of publishing, etc. 

What is your message to women?
I think that as you get older, you try to balance.
Find a balance to ensure that life never gets boring, and that allows you to enjoy a bit of everything : friends, family, fun dinners, putting your phone aside from time to time. To be able to take a step back and refocus your life in a more reasonable way. 

Is this something you try to apply in your daily life?
Yes, but sometimes it hits me in full force and it’s during these times that I understand that I have to slow down the pace and put some things in perspective.
I often work crazy hours and go out a lot so I exhaust myself, and after these cycles my body always goes through a small crash.

--------------------

Quel est le meilleur conseil que tu as reçu?
Au début de ma carrière, je travaillais avec Marie-Annick Boisvert et elle m’a dit que des fois il faut juste faire à sa tête. 

Quel est le meilleur conseil que tu donnerais?
Aux filles, je leur dirai de se faire confiance. Il y a tellement de filles qui voudraient se lancer, mais parce qu’elles ont peur et doutent de leurs capacités, elles remettent au lendemain ou dans 5 ans.
Des fois on dirait qu’on attend toujours que les outils arrivent, mais ils n’arriveront jamais ou ils arriveront trop tard.
Fais-toi confiance, tu peux le faire, il faut juste oser, on a une seule vie et on ne sait jamais quand elle va arrêter. 
Il y a trois ans, mon meilleur ami est décédé et ça me donne encore plus le goût de vivre ma vie à fond. S’il y a un autre conseil que je donnerai, c’est de tout faire à 200%!!
Quand je regarde aussi mon papi qui a 90 ans et ma mami, ils ont eu 6 enfants.
Toutes leurs vies, ils ont travaillés très fort pour faire en sorte que ma mère puisse aller à l’université et qu’on puisse poursuivre nos rêves. Pourquoi est-ce que je le ferai a moitié quand ils ont tout donné pour qu’on soit là; alors on va le faire a 200%! 

Une personne qui t’inspire?
Je suis plusieurs personnes dépendant des domaines.
Il y a Digital Royalty, une entrepreneure américaine dans un domaine semblable à Codmorse. J’aime suivre une femme qui a décidé de suivre son rêve et se créer un monde autour d’elle avec une grande équipe. Il y a aussi Lisa Messenger qui a écrit au moins 7 livres sur l’entrepreneuriat, le monde du « publishing », etc. 

Ton message aux femmes?
Je pense qu’en vieillissant c’est d’essayer de trouver une balance. De trouver cet équilibre qui fait en sorte que la vie ne devienne jamais ennuyante et qui permet d’avoir un peu de tout: des amis, une famille, des soupers l’fun, de lâcher son téléphone de temps en temps. C’est de prendre du recul et de se recentrer de manière plus raisonnable. 

Est-ce quelque chose que tu tentes d’appliquer au quotidien?
Oui, mais des fois ça me frappe de plein fouet et c’est durant ces moments que je comprends qu’il faut ralentir la cadence et replacer certaines choses dans ma vie. Souvent je travaille comme une folle et je m’épuise, en plus de sortir fréquemment, et après ces périodes j’ai toujours un petit crash.

Make sure to follow Camille's adventures, vision, projects and lifestyle done with great style:

Website: camilledg.com

Instagram: @camille_dg

Le Cahier

Website: www.lecahier.com

Website: www.the-booklet.com

Instagram: @bloglecahier

Facebook: Blog Le Cahier

Twitter: @BlogLeCahier

Boutique Entre Nous

Website: www.boutiquelecahier.com

Codmorse

Website: www.codmorse.com

 

Team:

Photographer: Ian Woo

Make-up & Hair: Laury-Anne Morel 

Camille is wearing the Margot dress

February 24, 2016 written by Masabni Design 0 comments

Write a comment